MARIE CLAUDE BERTRAND MA VIE AU FIL DES MOTS ...

MARIE CLAUDE BERTRAND MA VIE  AU FIL DES MOTS ...

LIVRES


IMC ET ALORS

Je  suis à la recherche d'un éditeur pour mon prochain  livre" IMC ET ALORS !!!"

Voici les trois premier chapitres

 

 


MARIE-CLAUDE BERTRAND

 IMC ET ALORS !!!

 

 

A MES PARENTS.
A JACQUES.
A TOUS CEUX QUI ONT CROISE MA ROUTE.

 

 

 SOMMAIRE
Préface d'Alain FAURÉ
1 – LE VERDICT
2 – UNE ENFANT COMME LES AUTRES
3 – LES BASES
4 – MES DATES CLES
5 – PAUL DOTTTIN
6 – LARDAILLE
7 – LE FAR WEST
8 – MES ANNEES GALERE
9 – MON ALAIN
10 – L'APF
11 – REVANCHE SUR LA VIE
12 – COMME UNE RENAISSANCE
13 – OSEZ ETRE FEMME
14 – VIVRE AVEC
15 – LES CLES DE L'AUTONOMIE
16 – DE L'AIDÉE A L'AIDANT
17 – PRISE DE CONSIENCE
18 – MES RENCONTRES
19 – MES PARENTS, MA FAMILLE
20 – IMC ET ALORS
Mes Poèmes
Remerciements
3

 

 

IMC ET ALORS !!!

PREFACE

 

4

 

IMC ET ALORS !!!

 

1 – LE VERDICT
Certains ont la chance de naître le bon jour, à la bonne heure, sous une
bonne étoile, dans un berceau d'argent, à eux tout leur sourit.
Et puis il y a ceux qui dès leur naissance sont confrontés à un combat de
vie…
C'est ainsi que fut mon existence, un combat pour la vie et contre le
handicap.
Mon histoire commença le 25 Janvier 1965, dans le sud-ouest de la France,
à Albi dans le Tarn.
Une petite fille vient de naître, elle se prénomme Marie-Claude, cet enfant
c'est MOI !
Trop pressée de découvrir le monde, je suis née deux mois avant le terme et
on mit en couveuse. C'est donc après ces quelques semaines de couveuse
et surtout à cause d'une erreur médicale que j'ai contracté la Maladie de
Little. Une maladie congénitale très rare, très vite le verdict tomba : j’étais
« IMC » (Infirme Moteur Cérébral)...
Je serai handicapée à Vie !!!
Quel beau programme !!!
Ce jour-là, mes parents n'ont pas tiré le bon numéro !
Depuis que je suis née, je vis avec le handicap. Il est là ! Comme un intrus,
comme un aimant dont on a du mal à se débarrasser.
Ce ne fût pas toujours un long fleuve tranquille, bien au contraire ; mais c’est
ma vie et pourtant pour rien au monde je ne l’échangerai pour aucune autre.
Durant ces cinquante et une dernières années, mon chemin a toujours été
5

 

 IMC ET ALORS !!!
jalonné de joies et de peines.
C'est donc comme un voleur que le handicap est entré dans ma vie ou plutôt
dans nos vies, la mienne et celle de mes parents. Car dans ces cas le
handicap ne touche pas seulement une personne mais aussi tout son
entourage. C'est ainsi que pour nous tout a basculé !
Au fil des années, j'ai appris à l'apprivoiser, à l'accepter, à vivre avec lui, il est
toujours là comme un intrus, un aimant, un compagnon de route...
Ce fut alors le début, de notre parcours du combattant :
Une combat quotidien et de tous les instants, rien n'est jamais définitivement
acquis.
Chaque jour est une nouvelle lutte, chaque petit progrès est un pas en avant,
une petite victoire sur la vie, sur moi-même, sur mon autonomie…
La maladie de Little, mon premier cadeau de la vie !
Quelques heures après ma naissance, les docteurs dirent à mes parents que
si je survivais, je ne serai qu'un légume… que le mieux serait de ne pas avoir
trop d'espoir, ne pas trop s'attacher à moi !
C'était bien mal nous connaître mes parents et moi !
De mon handicap, ils firent le combat de leur vie !
De mes premières années, je garde surtout les souvenirs de mes séjours à
l'hôpital du Capitole à Toulouse ; moment très douloureux.
En 1968, on m'opéra des grands et des petits adducteurs, je passais
plusieurs mois les deux jambes dans le plâtre avec interdiction de bouger.
Ces deux plâtres étaient fixés à une barre en bas m'empêchant totalement de
bouger.
Imaginez-vous un instant, une gamine de 2-3 ans dans cette situation, qui ne
comprend pas ce qui lui arrive, ni pourquoi elle est là...
6

 

 

 

IMC ET ALORS !!!

 

 

Je me souviens aussi de toutes ces visites à de nombreux guérisseurs, qui
avaient plus pour but de soulager le porte-monnaie de mes parents que de
me soulager !!! La plupart faisant croire à un éventuel « miracle », à mes
parents, prêts à dépenser leurs minces économies (argent durement gagné
par mon père mineur de fond !).
7

 

IMC ET ALORS !!!

 

 

 

2 – UNE ENFANT COMME LES AUTRES
J'ai eu un début d'enfance très heureux, entourée et très choyée par ma
famille.
Durant cette enfance, il est vrai qu'inconsciemment j'ai usé et parfois abusé
de mon handicap. Alors que les autres enfants allaient à l'école, moi je restais
à la maison avec maman, elle s'occupait de moi, de me lever, de me laver,
etc. Dans ma tête d'enfant, j'avais tout ce que je voulais, je trouvais ça
super !!!
A cette époque là, j'étais loin d'imaginer combien mon handicap serait une
entrave dans ma vie d'adulte, de femme et surtout dans ma vie tout court.
Plusieurs fois par semaine, j'allais chez le kiné, mais c'était mon père qui me
faisait faire les exercices, car ce cher monsieur, lui, préférait masser les
fesses des belles nanas plutôt que de s'occuper de moi.
Quant à mon orthophoniste, nous n'étions pas rentrés dans son bureau,
qu'elle demandait avant même de me faire travailler que l'on règles ses
honoraires ! En ce qui me concerne, je ne pouvais pas la voir !!!
Je rendais fréquemment visite au Pr Gaubert à Toulouse pour des contrôles.
Un jour il dit à mes parents, qu'il me faudrait allez à l'« Océan » car cela ferait
du bien à mes jambes.
Avec ses maigres économies mon père acheta une caravane pliante, à
l'époque, c'était les toutes premières ! je me souviens encore de la marque
c'était une "Apache".
Et nous voilà partis direction l'« Océan », notre petite caravane pliante attelé
à notre 4L bleue, le coffre bourré à bloc. Nous avons atterri, dans un petit
village au cœur de la forêt landaise : Mollets. C'était un tout petit village avec
8

 

 IMC ET ALORS !!!
une rue principale, un hôtel, deux campings et quelques boutiques, de très
belles plages de sable fin, des dunes, et tout cela au cœur d'une immense
forêt de pins.
Deux souvenirs ont énormément marqué mon enfance, mes vacances à
Mollets et un Noël où mon parrain m'avait fait pour cadeau un martinet en
sucre et une voiture à pédales orange.
Nous vivions chez ma grand-mère maternelle. Babet, Danièle et Michèle mes
cousines qui avaient 17 - 18 ans, elles étaient toutes les trois, très gentilles
avec moi. Après les cours elles venaient me voir, me raconter des histoires,
jouer avec moi, pour elles j'étais Mimie leur cousine avant tout, mon handicap
n'avait pas d'importance !
A cette époque là, il n'y avait pas de fauteuil roulant, c'est sur leurs épaules
qu'elle me portaient à tour de rôle, elles, ou leurs copains qui sont devenus
leurs maris.
Le dimanche très souvent elles me prenaient aux fêtes foraines des
alentours, car mon oncle et ma tante étaient forains.
Être entourée de tous ces jeunes, m'a aidé et aussi permis d'avoir une
ouverture sur la société et sur le monde des valides.
Je passais donc la plupart de mon enfance et de mon adolescence dans des
centres spécialisés. A Ramonville St Agne, près de Toulouse, puis à Castres
où j’ai suivi l’intégralité de ma scolarité ainsi que ma rééducation.
Bien que j’ai eu pas mal de galères, je trouve tout de même avoir eu et avoir
une belle vie et beaucoup de chance aussi.
Malgré que durant de très longues années, à cause de mon handicap, je fus
très dépendante ; dieu merci ! ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui.
J'ai eu une enfance normale, heureuse, très choyée, gâtée, entourée et
aimée. Cela a été le premier atout dans ma Vie !
9

 


IMC ET ALORS !!!

 

3 – LES BASES
Issue d’une famille de mineurs et d’agriculteurs ,j’ai eu surtout la chance
d’avoir des parents formidables…
Qui m’ont toujours accepté telle que j’étais, ils m’ont soutenu, aidé, aimé et
ont fait de moi la femme que je suis aujourd’hui devenue.
Ils m’ont appris à me battre, à ne jamais baisser les bras et surtout à ne
jamais laisser personne décider à ma place. Nous sommes tous maître de
notre vie.
Ils m’ont aussi inculqué certaines valeurs, la famille, le respect, l'amitié,
l’amour…
La vie m’a appris, qu’on ne doit toujours compter que sur soi même ; j’en ai
fait d’ailleurs plusieurs fois la douloureuse expérience.
ON NE DOIT COMPTER QUE SUR SOI MEME !!!
Ne surtout rien attendre des autres, sinon on est souvent déçu, hélas !
Ma grand-mère nous disait toujours « On a que la vie que l'on se donne ! »
Cette phrase est devenue pour moi, mon fil conducteur, ma philosophie de
vie…
J’ai la certitude aujourd’hui, Oui ! On a que la vie que l’on se donne ; et rien
n’est jamais totalement acquis.
La vie est un cadeau, un don de Dieu, à nous de faire en sorte qu’elle soit la
plus belle possible, handicap ou pas !
Le handicap n’empêche ni d’être heureux, ni d’avoir une vie normale, ni
d’aimer et d’être aimer, à nous de savoir trouver les bonnes clés !
10
JE SUIS IMC ET ALORS !!!
Moi, mon handicap ne m’a jamais empêché d’être heureuse, c’est la réaction
des autres qui ne nous acceptent pas, c’est pas NOUS !!!
Deux choses sont très importantes pour pouvoir bien construire et réussir sa
vie. Il faut tout d’abord avoir de bonnes bases et des valeurs solides…
Il faut aussi croire en sa vie, en son destin et se donner les moyens, car rien
n’est impossible si on le veut vraiment. Handicap ou pas…
J’ai un très fort caractère, très têtue, volontaire, je suis une battante ; car
dans la vie rien n’est impossible…
Ma devise est « Quand on veut on peut ! ».
Je suis une femme gaie, dynamique qui aime la vie et tout ses plaisirs.
Je vis à cent à l’heure, j’aime sortir, faire la fête, m’amuser, voyager ; ma
grande passion c’est LA VIE…
Je vis avec mon handicap, cela ne m’empêche pas d’avoir une vie presque
normale, très active ; je pense même plus que certains valides !!!
Même si parfois ma vie est un peu trop bien remplie ; mais j’aime prendre des
risques et je vais même très souvent au-delà de mes limites !
Je suis comme ça ! et puis aujourd’hui nous sommes là ! demain où serons nous,
le savons-nous ? Hélas ! non…
Il faut profiter de tout ce que nous donne la Vie…
Avoir de vraies valeurs, l’amour, l’amitié, la famille le respect de soi et des
autres, du travail aussi, je dirai que ce sont les bases, les fondations d’une
vie équilibrée !
11


28/02/2018
0 Poster un commentaire